Contactez-nous aujourd'hui : 418 654-6497

Inspection de sa propriété : pour un regard extérieur objectif

inspection

Votre bébé, c’est le plus beau et le plus gentil, n’est-ce pas? Avouons qu’en tant que parent (ou grand-parent), on manque d’objectivité. Et c’est bien correct : c’est ce qu’on appelle l’amour inconditionnel. Lorsqu’on visite une maison et qu’on a un coup de cœur pour celle-ci, le même phénomène se reproduit. Le cœur prend le dessus sur la raison. C’est pourquoi nous avons besoin du regard neutre d’un expert pour nous ouvrir les yeux sur ce qui nous échappe.

 

Aujourd’hui, Sébastien Morneau, inspecteur en bâtiment agréé chez Inspection DMI, nous propose une visite avec deux paires de lunettes : celle du visiteur et celle de l’inspecteur.

 

Vous savez quoi? Lorsqu’il a acheté sa première maison il y deux ans, il a demandé à un collègue de l’inspecter. Mais pourquoi donc? Il possédait toutes les compétences pour réaliser l’inspection lui-même, après tout. Tout simplement parce qu’il ne faisait pas confiance à son cerveau, qui avait eu un coup de cœur et qui ne verrait pas certains éléments essentiels à la prise d’une décision prudente et diligente.

Première étape : l’extérieur

Alors que les acheteurs porteront leur attention sur les platebandes bien garnies, la terrasse merveilleusement bien aménagée et la piscine où ils s’imaginent déjà en train d’organiser des fêtes mémorables…

 

…L’inspecteur regardera plutôt la pente du terrain, l’état général du revêtement extérieur, l’état des fondations pour détecter d’éventuelles fissures, la condition des portes et fenêtres, l’étanchéité, la présence des solins, etc. Et pour vérifier l’état du toit, dans certaines situations, il pourrait même utiliser un drone pour obtenir une image plus rapprochée et réaliser un meilleur constat.

Deuxième étape : le sous-sol

Au sous-sol, les acheteurs seront attirés par l’aménagement du cinéma maison, les grands espaces de rangement ou bien la spacieuse chambre d’amis.

 

De son côté, l’inspecteur en bâtiment examinera des éléments beaucoup moins sexys, mais ô combien essentiels à la santé et à la sécurité des futurs occupants. Il va entre autres :

  • Rechercher les signes d’infiltration ou de fuite d’eau et valider les anomalies avec un détecteur d’humidité;
  • Utiliser une caméra thermique pour tenter de détecter différents problèmes (déficience d’isolation, humidité, infiltration d’eau, surchauffe électrique);
  • Vérifier des déficiences visibles dans le panneau électrique;
  • Examiner les regards et les clapets antiretour pour voir s’il y a des indices de problématiques;
  • Observer la plomberie visible;
  • Valider que le système de chauffage, la thermopompe et l’échangeur d’air sont fonctionnels;
  • S’assurer que les fenêtres des chambres à coucher respectent les normes d’évacuation en cas d’urgence.

Troisième étape : le rez-de-chaussée et le 2e étage

Aaaaaaah! Le comptoir en marbre de la cuisine, le magnifique foyer du salon, le gigantesque walk-in de la chambre à coucher, la base de douche en granit de la salle de bain… On comprend pourquoi les visiteurs sont tombés en amour avec cette maison.

 

Mais qu’en est-il :

  • De la sécurité des prises électriques?
  • Du fonctionnement de la hotte de poêle et du ventilateur de la salle de bain?
  • De l’étanchéité des robinets, de la douche et du bain?
  • De la stabilité de la toilette?
  • Des taches qui pourraient être de la moisissure dans le bas des murs ou autour du bain?
  • De l’état des portes et fenêtres?

 

Et que dire du comble, qui est généralement ignoré des acheteurs? L’inspecteur vérifiera l’isolation de son accès, le niveau d’isolant, la ventilation, les traces de moisissure ou de surchauffe, la structure, les conduits, le pare-vapeur et plus encore.

Quatrième étape : le rapport

Tout au long de la visite, l’inspecteur mentionne ses observations aux acheteurs dans des mots simples et souvent moins techniques que ceux qu’il utilise dans son rapport. Il répond aussi à leurs questions et s’assure de leur bonne compréhension.

 

Dans son rapport, il indique toutes les anomalies qu’il a détectées, photos et explications à l’appui. Et pour chaque élément, il donnera ses recommandations par rapport aux travaux d’entretien ou de rénovation à effectuer ou bien aux vérifications supplémentaires à réaliser par un autre expert (un électricien, un plombier ou un expert en drainage, par exemple).

 

En terminant, Mélanie et Denis, de l’Équipe MelDen, vous invitent à considérer l’inspecteur en bâtiment comme un professionnel de l’immobilier, tout comme le courtier immobilier, le courtier hypothécaire et le notaire, qui vous aidera à faire un choix éclairé. Rappelez-vous : l’amour rend aveugle!

Collaboration pour cet article :

Sébastien Morneau
Inspecteur en bâtiments

Inspection DMI
418 554-6060

 

Inspecteur en bâtiment agréé;
Thermographe niveau 1;
Technicien IIRC en restauration des dommages causés par l’eau (WRT).

Partagez